Renégocier son prêt immobilier

Le taux appliqué sur les prêts immobiliers est en constante évolution. D’ailleurs, actuellement et depuis un certain temps, celui-ci a tendance à baisser. La renégociation de son prêt immobilier s’avère alors pertinente. En quoi cela consiste ? Quelles sont les conditions favorables pour une négociation de prêt immobilier ? Les réponses dans l’article qui suit.

La renégociation de prêt immobilier, en quoi cela consiste ?

La renégociation d’un prêt immobilier a pour but de profiter d’un taux (1,95% par exemple), à un temps « t + n », meilleur que celui (3%) qu’on a « signé » à un temps « t ». Si la renégociation est concluante, deux options se présentent : soit le montant des mensualités est réduit à partir de la renégociation jusqu’à la fin du remboursement, soit le montant des mensualités est conservé mais c’est la durée de remboursement qui se trouve écourtée.

Toutefois, il faut aussi savoir que notre banque est « en droit » de ne pas donner une suite favorable à notre demande de renégociation de prêt. Par ailleurs, la renégociation n’est « rentable » que sous certaines conditions.

Les conditions favorables à une renégociation de prêt immobilier

Même si le taux du prêt immobilier est en baisse, on n’est pas toujours gagnant si on renégocie le nôtre. Certaines conditions doivent en effet être réunies pour que ce soit pertinent.

Tout d’abord, si la renégociation est acceptée par notre banque, il peut y avoir des frais de dossier. A ce niveau, il faut alors se renseigner. Si lesdits frais sont incontournables, il faut que ce que l’on gagne « au total » avec la réduction du taux soit supérieur à ce dernier. La durée restante de remboursement joue donc beaucoup : plus elle est encore longue, mieux c’est. D’autre part, les spécialistes préconisent qu’il n’est intéressant de renégocier son prêt immobilier que si la différence de taux est supérieure à 1 point (passant de 3% à 1,95% par exemple, d’où un gain de 1,05 point), notamment pour des montants de prêt qui ne sont pas « très élevés ». Au-delà de 250 000 euros d’emprunt, un gain de 0,7% est déjà intéressant.

Que faire si notre banque n’est pas « ouverte » à une renégociation de prêt ?

Si notre banque refuse de renégocier notre prêt immobilier, il y a la possibilité de s’adresser à un autre organisme. Il s’agit alors de faire racheter notre crédit. Cette démarche, nous pouvons la faire nous-mêmes, mais nous pouvons également faire appel à des professionnels, notamment les courtiers.